Historique PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Joumana Boustany   
Jeudi, 30 Mars 2006 11:35

Rouen GIDE : partage et connaissances

Rouen GIDE est « né de la conscience d’une nécessaire complémentarité et d’un besoin d’échanges entre les divers organismes collecteurs et diffuseurs d’informations à caractère économique et administratif » M. Pierre » Derivière.

Pour comprendre la raison d’être de ce mouvement et son évolution depuis sa création en 1979 jusqu’à aujourd’hui, tournons nous vers celui qui en est à l’initiative.

A son arrivée en 1955 à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Rouen, Pierre Derivière découvre son lieu de travail : une ancienne bibliothèque qu’il transforme en centre de documentation spécialisé dans les problèmes économiques infiniment plus adapté aux besoins de la Chambre. Pour un meilleur accès aux ouvrages, il met en place une bibliothèque tournante où les ouvrages sont sélectionnés, analysés et diffusés auprès du personnel et des industriels. N’est-ce pas là l’objectif de tout documentaliste de faciliter l’accès à l’information pour tous ?

Seulement une bonne diffusion passe d’abord par une bonne gestion des documents.

Et le documentaliste est seul pour conduire ses recherches, pour analyser leurs résultats, et les gérer… « l’information passe nécessairement par des contacts avec l’environnement et ces contacts sont d’autant plus facilités lorsque l’on connaît les informations dont disposent les principaux centres de documentation ». Un coup de fil permet cette recherche mais peut-on véritablement limiter ces échanges à un seul contact ?

Quel magnifique paradoxe que celui de ce métier de documentaliste où un travail destiné à tous s’effectue par le biais d’hommes souvent sur les mêmes recherches et en s’ignorant les uns les autres. Et cela Pierre Derivière en a de plus en plus conscience.

« Il existait bien un comité technique de la documentation fonctionnant lors de l’assemblée permanente des chambres de commerce et d’industrie à Paris, permettant un échange au niveau national, de même que le réseau normand interconsulaire de documentation pour la haute et basse normandie mais pour le reste... ». Pierre Derivière continue de croire qu’une mise en commun d’informations économiques est non seulement nécessaire mais réalisable, ceci de façon plus approfondie. Il faut connaître la documentation dont chacun des centres dispose et cela ne peut se réaliser qu’en passant par un réel échange humain et professionnel dans une même unité. Pour cela Pierre Derivière contacte les documentalistes des principaux instituts consulaires.

Convivialité rime avec vitalité

Le 16 mai 1979 une rencontre est organisée : le mouvement du Groupe d’Information et de Documentation Economique est né. Dès le 22 mai 1979 se constitue le Groupe d’Animation. Nous y trouvons bien sûr Pierre Derivière de la Chambre de Commerce, mais aussi Thierry Decaux de la Chambre d’Agriculture, Claire Fons de la Bibliothèque Municipale, Christian Hilico de l’INSEE, Francis Concato de la Faculté de droit, Michel Lerond du CDM et Georges Guérif des Archives Départementales.

Concernés ils le sont tous et tous ressentent ce besoin de communiquer entre eux pour une meilleure réalisation de leur profession. Et avec eux convivialité rime avec vitalité. Très vite ils mettent en place des moyens pratiques. Le soutien de la Chambre de Commerce et de la Chambre d’Agriculture permet l’édition et la diffusion des documents mis en oeuvre bien sûr, avalisés par ces mêmes organismes mais le résultat est là !

En effet, le 25 octobre 1979 est édité le 1er « répertoire des centres de documentation économique de la région ». Dès le 28 octobre1980 il est remis à jour et réédité. Ce même jour voit la parution de la « liste des périodiques reçus dans les centres de documentation ». Fort bel exemple de mise à disposition des informations où l’on part du périodique lui-même pour aller à un inventaire clarifié de tous les centres de documentation qui le reçoivent.

Puis en Juillet 1982 le GIDE sort le « répertoire des sigles à caractère économique ». La lumière est ainsi faite sur tous ces sigles qui décidément sans ce répertoire resteraient bien mystérieux à nos yeux. Tous ces documents remis à jour et réedités depuis témoignent d’un réel souci de mise en commun de données autrefois si jalousement gardées.

Par la suite M. Derivière et son groupe d’animation « suscitent des rencontres annuelles pour faire connaître le mouvement et des visites plus techniques afin de voir les méthodes de mise à disposition et les différentes méthodes de travail ». Ainsi une première visite aux archives départementales est organisée le 13 octobre 1981. Toute une ouverture se fait ainsi sur une richesse professionnelle enfin partagée. A eux tous ils réunissent un formidable potentiel d’information et savent la rendre accessible.

Mais le champ d’investigation de ce formidable manager qu’est Pierre Derivière ne s’étend alors qu’à l’agglomération rouennaise.

Ce groupement informel vit ainsi jusqu’en 1987 de et par cette bonne volonté de chacun. Pierre Derivière ne dit-il pas lui-même « qu’il lui a suffi d’être entendu pour être soutenu ».

Effort toujours présent

Dès son départ en retraite en 1987 le groupe est animé par Thierry Decaux de la Chambre d’Agriculture de Seine-Maritime. Le 24 janvier 1990 un tournant s’effectue alors et Rouen GIDE d’informel devient une véritable association. GIDE Haute-Normandie s'étend à toute la Haute-Normandie et comprend 140 membres. Du groupe d’animation originel ne restent que Thierry Decaux et Georges Guérif des archives départementales. Mais l’effort de bonne volonté souhaité par M. Derivière continue d’être l’essence même de ce mouvement. Et le nombre de documentalistes concernés par cet effort commun va grandissant. La concentration d’informations passe nécessairement par une bonne communication et cela les documentalistes de GIDE Haute-Normandie par l’initiative de Pierre Derivière ont su le comprendre. Et vous?

Corinne LITTOZ

Mise à jour le Mercredi, 27 Octobre 2010 09:38